Nouveal e-santé, expert dans la conception de solutions e-santé et dans le pilotage de projets de déploiements, accompagne plusieurs acteurs publics et privés du monde de la santé dans leurs projets.

Télémédecine et télésoin : une lecture incontournable

Au cœur de l’ouvrage du Dr Pierre Simon

 

En tant que soignant, entrer dans le monde de la télésanté (la télémédecine et le télésoin) n’a rien d’évident. Cette prise en charge au-delà de l’examen clinique bouleverse en effet les pratiques et modifie les notions de positionnement et de responsabilité médicale. Pour apprivoiser l’outil, vous avez rendez-vous avec… la bible du soin à distance !

 

Utiliser l’espace numérique pour écouter, diagnostiquer puis prescrire sous-tend une multitude de nouvelles préoccupations : la solution utilisée est-elle la plus efficiente ? Comment puis-je garantir la pleine sécurité des données à mon patient ? Suis-je suffisamment aguerri à l’usage des outils de télémédecine ? Si je me convertis à la téléexpertise avec mes confrères, comment la rémunération s’effectue-t-elle ? Et comment savoir à quel moment la télésanté est pertinente, et quand elle l’est moins ?

176 pages pour tout saisir de la télésanté

Néphrologue et juriste de métier, le Dr Pierre Simon* répond à ces questions dans l’ouvrage « Télémédecine et télésoin, l’essentiel pour pratiquer ». Ce pionnier de la télémédecine en France s’est adonné à cette pratique dès le début des années 2000, en développant une solution de télésurveillance auprès de patients mis sous hémodialyse pour insuffisance rénale chronique. Le Dr Thierry Moulin, co-auteur de ce livre, est lui neurologue et a fait ses premiers pas dans la télémédecine pour accompagner les patients suivis pour un AVC. 

 

Ces deux médecins se décentrent de leurs spécialités respectives, et se concentrent sur les enjeux soulevés par la télésanté. Voici l’essentiel des thématiques portées par cet ouvrage :

Crédits photos : TippaPatt/shutterstock.com

1.

Au cœur de la santé numérique. Les deux auteurs distinguent tout d’abord l’e-santé de la télésanté, expliquent les différences entre le télésoin et les 5 pratiques de la télémédecine (téléconsultation, télésurveillance, téléexpertise, téléassistance, régulation médicale). Sont également étayés les différents prismes de responsabilité des acteurs sanitaires, institutionnels, technologiques, économiques et juridiques de cet environnement. En fin de premier chapitre, les auteurs nous donnent l’occasion de plonger dans les nuances de l’éthique, à la croisée entre le code de déontologie médicale et les spécificités du télésoin. Vous avez donc rendez-vous avec les principes de bienfaisance, de non-malfaisance, de justice et d’autonomie. La garantie humaine est aussi abordée, au nom de laquelle « toutes les aides algorithmiques au diagnostic d’une maladie et/ou à une décision thérapeutique relèveront d’une validation médicale » ;

2.

Les avantages et les prérequis de la télésanté, vecteur d’accès aux soins auprès des plus vulnérables en termes d’autonomie, d’éloignement géographique des structures médicales généralistes ou spécialisées et/ou de précarité. Des témoignages de patients âgés, de résidents en EHPAD, de patients atteints d’une maladie rare ou encore les personnes incarcérées sont rapportés. Ils prouvent le gain d’autonomie dont jouissent les patients grâce à la télésanté. Un focus permet ensuite de cerner les avantages du télésoin lorsque cette approche fait intervenir les médecins traitants, les pharmaciens et les auxiliaires médicaux auprès de patients atteints de maladies chroniques. Les Drs Simon et Moulin expliquent aussi les avantages pour les soignants : la coordination du suivi, la collaboration professionnelle et la transmission des compétences. 

Dans la continuité, un passage entier est dédié aux bons réflexes des praticiens avant de se lancer en télésoin : le choix du débit numérique, de la solution numérique éligible aux pratiques de la télésanté, « considérées par l’Agence du numérique en santé comme garantissant la confidentialité des données échangées avec une valeur de 9/10 sur une échelle de 1 à 10 ».

Des conseils sont aussi livrés pour se former à la communication à distance, pas aussi naturelle que l’on pourrait penser ! Et les points permettant aux soignants de s’assurer de la protection des données sont livrés (comptes à rendre auprès de la CNIL, usage légitime et minimum des données…)

3.

Les différentes formes de télémédecine (téléconsultations programmées ou non) sont définies, ainsi que les bonnes pratiques à adopter avant, pendant et après le soin à distance (recueil du consentement, enregistrement du compte-rendu…). Sont ensuite définies les indications et niveaux de la téléexpertise et de la télésurveillance dans le cadre de graves maladies chroniques. Des cas d’usage illustrent la pertinence de la téléassistance entre professionnels de santé et professionnels paramédicaux. Idem concernant la télérégulation médicale dans la prise en charge des situations urgentes ;

4.

Le télésoin tourné vers les soins paramédicaux sont aussi évoqués avec des zooms pour les pharmaciens, les infirmiers, les ergothérapeutes, les psychomotriciens, les masseurs-kinésithérapeutes, les orthophonistes, les orthoptistes, les pédicures-podologues, les diététiciens. Vient ensuite toute une partie sur les pratiques combinées permettant aux patients d’être suivis en téléconsultation conjointe avec son médecin traitant et son spécialiste, médical ou paramédical ;

5.

Les moyens dédiés à la communication entre les professionnels arrivent en fin d’ouvrage, avec un rappel de l’ouverture automatique du DMP prévu pour 2021, la messagerie MSSanté pour un échange sécurisé entre professionnels de santé, la prescription électronique. Enfin, immersion dans l’intelligence artificielle et son efficience dans le dépistage en complément de l’œil humain. Les auteurs évoquent l’intégration de cette IA dans un dispositif de télésanté pour amorcer encore un peu plus l’essence de la médecine de demain. Sans oublier les robots (radiologie, sociaux, humanoïdes…) !

Cet ouvrage peut devenir le livre de chevet des étudiants en médecine et ceux en cursus paramédicaux amenés à pratiquer le soin à distance. Plutôt essentiel : dans le prolongement des mesures prises pendant la Covid-19, le télésoin est aujourd’hui généralisé auprès de 18 spécialités. Une mesure inscrite dans le plan « Ma Santé 2022 » et publiée au Journal officiel le 3 juin 2021 (décret n°2021-707).  

 

Pour aller plus loin :  le livre « Télémédecine et télésoin : inclus 100 cas d’usage pour une mise en œuvre réussie », Dr Pierre Simon, Dr Thierry Moulin, Edition Elsevier-Masson, 7 avril 2021

 

*Le Dr Pierre Simon a créé la Société française de télémédecine en 2006 qu’il a présidé de 2010 à 2015, suivi du Dr Thierry Moulin de 2015 à 2018

**les audioprothésistes, diététiciens, épithésistes, ergothérapeutes, infirmiers, manipulateurs d’électroradiologie médicale, masseurs-kinésithérapeutes, ocularistes, opticiens-lunetiers, orthopédistes-orthésistes, orthophonistes, orthoprothésistes, orthoptistes, pédicures-podologues, pharmaciens, podo-orthésistes, psychomotriciens et techniciens de laboratoire médical.

 

Sources : 

  • Interview du Dr Pierre Simon, le 31 mai 2021
  • « Télémédecine et télésoin, l’essentiel pour pratiquer », Pierre Simon et Thierry Moulin, Edition Le Coudrier, 2021

 

L. Bourgault – Aurala Communication