• Français
  • English
  • Français
  • English
NPR.org
>
>
En France, une nouvelle application aide les médecins à surveiller les patients COVID-19 à distance

En France, une nouvelle application aide les médecins à surveiller les patients COVID-19 à distance

 – npr.org

Lors d’un week-end ensoleillé à la mi-mars, quelques jours seulement avant que le président Emmanuel Macron ne mette la France en confinement pour aider à ralentir la propagation du coronavirus, Daphné Rousseau, 32 ans, était à l’extérieur de Paris, profitant d’un déjeuner à la campagne avec un groupe d’amis.

Ses personnes travaillent dans un centre d’appel de Covidom, une nouvelle application de surveillance médicale à distance, à l’intérieur du Campus Picpus des hôpitaux publics de Paris le mois dernier. – Geoffroy Van Der Hasselt/AFP via Getty Images

« Tout le monde parlait du coronavirus, et soudain après le déjeuner, j’ai commencé à me sentir un peu bizarre », dit-elle. « Après quelques heures, il était évident que quelque chose n’allait pas parce que j’avais, pour la première fois de ma vie, un essoufflement – ce qui est très, très inhabituel quand on n’a jamais eu d’asthme ou de problèmes pulmonaires. »

Cette nuit-là, Daphné a dû se mettre au lit pour respirer.

« Je me suis sentie très étourdie », dit-elle. « J’avais l’impression que mes poumons faisaient la moitié du travail – comme si seulement la moitié de ce qui devait entrer dans mes poumons traversait mes poumons. »

Daphné Rousseau attend un ami qui vient lui apporter à manger et sortir les poubelles. – Daphné Rousseau

Daphné a appelé la ligne d’urgence médicale. Il a fallu 49 minutes pour passer. La vague de coronavirus commençait à balayer la France. Un médecin est finalement venu à son appartement, l’a examinée et a diagnostiqué COVID sans faire de test sanguin.

L’objectif initial du projet Covidom était de prévoir et de prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter que les hôpitaux soient submergés et que la contamination de la population ne soit incontrôlée. Il s’agissait alors de pouvoir monitorer à distance les patients à risque et ceux exempts de facteurs de risque pour permettre aux hôpitaux de se concentrer uniquement sur les cas les plus graves.

« Et il est parti », dit-elle.

Avant d’y aller, le médecin a dit à Daphné qu’elle recevrait un SMS et serait inscrite sur une nouvelle plateforme : une application appelée Covidom, qui la guiderait pendant les jours et les semaines à venir avec le virus.

Tous les jours depuis sont lit, Daphné répondait à des questions générées par l’application sur sa respiration, sa fréquence cardiaque, sa température et d’autres indicateurs de santé. – Daphné Rousseau

La France a été l’un des pays les plus touchés par le coronavirus – avec plus de 166 000 cas d’infection et 23 000 décès – et Paris est un foyer sensible. Mais les responsables de la santé ont pu empêcher les hôpitaux de la ville d’être complètement débordés, en partie grâce à l’application Covidom, qui a aidé des milliers de cas non critiques de COVID-19 à combattre le virus à la maison.

Le nom Covidom est un mashup de « COVID » et « domicile. » Elle a été développée début mars par l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, en collaboration avec une start-up technologique appelée Nouveal e-santé.

« Cette application a été développée dans le but d’empêcher les personnes qui ont des cas non critiques d’engorger les ambulanciers paramédicaux, les salles d’urgence et les hôpitaux », explique le cardiologue Patrick Jourdain, qui gère la plateforme de soutien de l’application.

Le Pr. Jourdain explique que grâce en partie à l’utilisation de Covidom, les médecins de Paris n’ont pas encore été dans la position d’avoir à choisir qui va obtenir un respirateur et qui n’en aura pas. L’application est gratuite pour les patients, qui constituent la plupart de ses 100.000 utilisateurs (les médecins sont inclus dans ce total). Les établissements de santé paient pour en bénéficier et près de 350 l’utilisent déjà. L’État français prévoit de le financer.

Selon le Pr. Jourdain, à ce jour, seuls 300 utilisateurs de l’application ont dû être hospitalisés, et ils ont été identifiés avant que leur état ne devienne critique.

Tous les jours, Daphné répondait à des questions générées par l’application sur sa respiration, sa fréquence cardiaque, sa température et une foule d’autres indicateurs de santé.

« Tu te transformes en petit docteur tous les jours », dit-elle. « Et ils ajoutaient de nouvelles questions parce que je pense qu’ils obtenaient plus d’informations sur la maladie et ses symptômes au fur et à mesure que nous avancions. »

En retour, Covidom envoit à Daphné des messages selon un code couleur. Il y avait trois niveaux d’alertes, dit-elle.

 

« Vert, tout va bien », dit-elle. « Orange, modéré, vous serez appelé par un médecin lorsque quelqu’un sera disponible, dans quelques heures – et rouge, vous êtes appelé dans les huit minutes par la ligne d’urgence. »

Selon le cardiologue Pr. Jourdain, quelque 2 000 bénévoles – principalement des étudiants en médecine et des travailleurs de la santé non essentiels – ont été formés pour doter la plateforme Covidom et répondre aux appels des patients.

Ils travaillent en équipes et en décalé sur quatre étages dans un bâtiment universitaire vide à Paris. Dans une vidéo, le Dr Loic Josseran, un médecin bénévole pour la plateforme, dit qu’il n’est pas nécessaire d’être présent physiquement avec un patient pour savoir quand son état s’aggrave.

« Le facteur déterminant est la façon dont ils respirent », dit-il. Lorsqu’un appel téléphonique est jugé nécessaire par l’application, « Nous entendons immédiatement au téléphone ceux qui ont des difficultés à parler et sont essoufflés et toussent beaucoup. Et nous avons une ligne directe avec les services d’urgence, donc si un patient est en déclin, nous pouvons l’aider immédiatement. »

Alexandre Falzon, PDG de Nouveal e-santé, explique que l’application est adaptée d’une plateforme de télémédecine éprouvée appelée e-fitback que son entreprise a créée en 2015 pour suivre les patients en convalescence.

 

« Nous avons été contactés par l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris début mars et nous avons pu rapidement adapter notre plateforme existante pour COVID », explique-t-il.

La société affirme respecter les réglementations européennes strictes en matière de confidentialité et de sécurité énoncées dans la loi sur la protection des données connue sous le nom de Règlement général sur la protection des données. Les utilisateurs de Covidom acceptent ces conditions de confidentialité lors de leur inscription.

Selon M. Falzon, l’utilisation de Covidom s’est étendue hors de Paris à d’autres régions françaises, et des responsables et des hôpitaux d’une demi-douzaine d’autres pays ont exprimé leur intérêt, y compris les États-Unis.

 

Nouveal e-santé travaille maintenant sur une application qui aiderait à stopper la propagation de COVID-19 une fois le confinement national terminé.

Après presque trois semaines d’épreuve, Daphné dit qu’elle se sent bien désormais. Elle dit que le coronavirus est une montagne russe à la fois physiquement et psychologiquement, mais avec l’application Covidom, elle ne se sentait pas seule.

« Je pense que la plate-forme aide à traverser ce côté très psychologique de la maladie, » dit-elle. « C’est-à-dire que, fondamentalement, vous pensez que vous êtes bon — et le lendemain, vous avez peur de devoir aller à l’hôpital. J’avais cette surveillance incroyable, mais tout était virtuel. Personne ne m’a touchée. Je parlais à une caméra – un médecin que je n’ai jamais vu de ma vie. Et vous combattez la maladie comme ça. »

Le Pr. Jourdain explique que l’application a permis de garder chez soi plus de 50000 patients COVID-19 dans la région parisienne et de réduire la pression sur les hôpitaux de ville.

« Cela a en fait transformé la perception des gens quant au moment où ils devraient aller aux urgences », dit-il. « Ils réalisent qu’ils peuvent rester à la maison dans la sécurité. »

Partagez sur

Vous recherchez quelque chose en particulier ?

Shopping Cart